Le travailleur handicapé - quelles aides, quelles conditions, quelles solutions ?

handilove.fr
Le travailleur handicapé - Quelles aides, quelles conditions, quelles solutions

La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ( RQHT) vous permet d’avoir un statut facilitant l’accès à l’emploi et à certains avantages.
Cette décision administrative est accordée uniquement aux personnes justifiant d’un handicap, quel qu’il soit.

Quelles conditions pour être reconnu travailleur handicapé ?

Ce statut n’est accordé qu’aux personnes répondant à un critère d’ handicap physique, sensoriel, mental ou psychique empêchant de travailler dans des conditions classiques.

Quelles sont les démarches à effectuer ?

La demande de RQTH doit être faite auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) du lieu de résidence du demandeur. Un formulaire CERFA ainsi qu’un certificat médical CERFA seront à renvoyer accompagnés des pièces justificatives demandées.
L’évaluation et le choix professionnel sont gérés par l’équipe pluridisciplinaire de la MDPH.
 A partir de ce moment, des préconisations sont faites dans le cadre du Plan Personnel de Compensation (PPC).
La Reconnaissance de la Qualité de Travailleurs Handicapé est attribuée par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). C’est à ce moment que la durée du statut est donnée : de 1 an à 5 ans, renouvelable. La CDAPH peut reconnaître une incapacité totale de travail, comme la possibilité de travailler normalement.
Dès lors que la qualité de travailleur handicapé est reconnue, la CDAPH redirige le bénéficiaire vers un établissement d’aide par le travail (ESAT), vers le marché du travail ou vers un centre de rééducation professionnelle.

Quelles sont les aides à l’emploi existantes ?

Diverses aides ont été mises en place afin de faciliter l’insertion et le retour à l’emploi des personnes handicapées.

L’aide à l’insertion professionnelle :

Il s’agit d’aider les employeurs à recruter des personnes handicapées et loin du travail qui se retrouvent dans l’un des critères suivants :

  • Avoir au minimum 45 ans ;
  • Etre demandeur d’emploi et avoir travaillé consécutivement 6 mois sur les 12 mois qui précédent le recrutement ;
  • Sortie d’un établissement du secteur protégé ou adapté : Impro, Ime, Esat, EA ou CRP ;
  • Signer un contrat avec le même employeur : CDI ou CDD de 12 mois minimum.

Cette aide doit être prescrite au plus tard 3 mois après l’embauche par le conseiller CAP Emploi, Pole emploi ou mission locale qui vous a suivi dans votre démarche.

Les aides pour compenser les conséquences du handicap :

Lors d’un entretien, votre futur employeur peut vous demander si vous êtes soumis à des contre-indications médicales particulières. Il est important d’exprimer vos limites et de préciser les aménagements qui vous permettront d’être plus à l’aise.
Il faudra s’adresser à l’AGHEFIP dans le cadre d’entreprises de droits privés.

Ces aménagements comprennent :

  • L’installation de nouveaux équipements ;
  • L’organisation, la répartition et la rotation sur les postes de travail ;
  • L’accès à des postes de travail plus ergonomiques ;
  • Une aide humaine ;
  • L’aménagement des horaires ;
  • Des aides à la mobilité.

Des aides à la mobilité :

Elles permettent d’accéder à un emploi ou de le conserver.
Ces aides interviennent de la manière suivante :

  • Participation au paiement d’un transport adapté ;
  • Possible financement du permis de conduire ;
  • Participation à l’achat d’un véhicule ;
  • Participation financière à l’aménagement d’un véhicule ;
  • Prise en charge partielle des frais d’hébergement si nécéssaire.

Qu’implique ce statut de travailleurs handicapé ?

La RQTH vous permet d’accéder à :

  • Des dispositifs d’insertion professionnelle tels que des contrats d’apprentissage, de la rééducation ou encore des stages de réadaptation ;
  • L’obligation d’emploi : elle concerne les personne RQTH, celles victimes d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle générant une incapacité de travail permanente de minimum 10%, les personnes qui touchent une pension d’invalidité avec une capacité de travail réduite au moins à 2/3, les anciens militaires et assimilés ayant droit à une pension d’invalidité militaire, les sapeurs-pompiers volontaires ayant été blessés en service, les personnes détenant la carte mobilité inclusion avec la mention invalidité ou encore les personnes percevant l’allocation aux adultes handicapés (AAH).
  • Des postes de la Fonction Publique plus facilement par le biais de concours aménagés ou par recrutement contractuel spécifique ;
  • Des aménagements d’horaires et de poste de travail ;
  • Un soutien spécialisé dans la recherche d’emploi.