handilove.fr

Meditation et handicap : Pour mieux vivre sa maladie ou son handicap au quotidien

La méditation Quand j’aime, je partage ! J’ai testé la méditation, j’ai aimé la méditation et aujourd’hui j’ai envie de partager mon expérience avec vous. Méditer très régulièrement m’entraîne au bonheur et à la sérénité, rien de moins ! Et vous savez quoi ? Plus je médite et plus mon attention va d’elle-même vers des aspects positifs de ma vie, vers l’optimiste et ce malgré que tout ne soit pas parfait. Méditer apaise mon corps et ses douleurs ainsi que mon esprit et ses douleurs. C’est un service réciproque et unifié que se rendent ainsi le corps et l’esprit. Le corps ancre l’esprit dans l’instant présent et la réalité tout en l’aidant à lâcher prise et l’esprit apaise la douleur du corps tout en affûtant ses perceptions. Alors si vous vous interrogez sur la pertinence de commencer à méditer voici en vrac quelques éléments qui m’ont convaincu et qui peut être vous donnerons envie d’essayer : * Les choses ne vont pas toujours comme j’aimerais qu’elles aillent, je n’ai pas de contrôle sur les imprévus de ma vie et je n’ai pas fini d’en vivre. * Bâti comme je suis, si je ne m’entraîne pas à diriger mon attention là où JE le désire, mon attention continuera d’être naturellement attirée par les aspects fâcheux d’une situation malheureuse, je serai donc l’esclave de mon attention qui me fera vivre davantage de frustration que de bonheur. * Pour être heureux malgré, je dois donc m’entraîner à diriger mon attention là où elle ne va pas de façon automatique, c’est-à-dire sur les dimensions positives d’une situation fâcheuse. Voilà ce que méditer me permet de faire. * Pour réduire mon stress, réguler mes émotions et retrouver sérénité, la méditation favorise le recentrage sur l’instant présent, sans jugement, sur ses sensations corporelles, émotionnelles, sur le contenu de ses pensées.

Lorsqu’on est atteint d’un handicap, on est régulièrement confronté à la douleur

De plus, la maladie étant souvent un saut vers l’inconnu, le stress peut nous envahir, ce qui ne favorise pas la sérénité au quotidien. Pratiquer la relaxation et la méditation sont des pratiques plutôt intéressantes et efficaces pour réduire son stress et surtout mieux vivre ce quotidien parfois difficile et encombrant. Ces pratiques vous permettront peut-être de mieux supporter la douleur et à être moins angoissé, alors pourquoi ne pas essayer ? La pratique de la méditation et de la relaxation sont très simples puisqu’elles peuvent être réalisées partout, au travail, dans les transports, chez soi, en salle d’attente, en marchant etc… 10 minutes suffisent, pas besoin de plus. C’est la régularité de ces 10 minutes qui vous permettront de constater les résultats. Débuter par 10 minutes par semaine puis évoluer vers 10 minutes hebdomadaires. Les premières étapes de relaxation et méditation portent dans un premier temps sur la respiration en inspirant profondément par le nez, puis en expirant longuement par la bouche, et ce à plusieurs reprises. La seconde étape est de détendre son corps point par point tout en l’observant mentalement (des orteils jusqu’au sommet de la tête). Bien sûr entre temps votre esprit risque de vagabonder d’une pensée à l’autre, et c’est normal donc pas de panique. Regardez juste ces pensées comme si vous étiez spectateur.

Considérer votre esprit comme un grand ciel bleu. Lorsqu’une pensée arrive, dites-vous que c’est un nuage.

Laisser le se promener, observer le et ne portez aucun jugement (genre « mince il devient gris, ça craint un max », non non s’il devient gris dites juste « ok il est gris »). En un rien de temps le nuage partira de lui-même parce que derrière ces nuages il y a toujours un grand ciel bleu.

Alors certes, méditer ne vous guériras pas du handicap, mais au fur à mesure de cette pratique vous gagnerez en bien-être et en sérénité au quotidien.

A bientôt pour reparler de handicap