Différentes aides pour les personnes souffrant d'un handicap

Vous êtes en situation de handicap ? Des aides peuvent vous permettre d'envisager le quotidien avec plus de sérénité, découvrez-les sans plus attendre et faites le point avant de vous lancer dans les démarches administratives !

La garantie de ressources

L'allocation aux adultes handicapés (AAH) et la majoration pour une vie autonome font partie de ce que l'on appelle la « garantie de ressources ». Elles permettent en effet d'assurer un revenu minimal et sont attribuées aux personnes dont le taux d'incapacité est au moins égal à 80 %.

Vous pouvez également prétendre à l'allocation si votre taux d'incapacité est compris entre 50 et 79 %, à condition que votre situation vous empêche de trouver un emploi sur le long terme. Quelle que soit votre situation, vous devez être au moins âgé de 20 ans, ne pas recevoir de pension supérieure ou égale à 808,46 euros par mois.

Vous pouvez également prétendre à la majoration pour une vie autonome si vous percevez l'AAH à taux plein (ou un avantage vieillesse, une pension d'invalidité ou une rente d'accident du travail). Dans ce cadre, il sera également nécessaire de ne pas avoir perçu de revenus salariaux depuis un an (au moment de la demande de majoration) et de vivre dans un logement indépendant (et non chez un proche).

Sous conditions de ressources et de taux d'incapacité, d'autres aides peuvent être à votre disposition :

  • Prestation de compensation du handicap (PCH)

La PCH est une aide qui est directement versée par votre département et qui permet de pouvoir assurer certaines dépenses indispensables et liées à votre état. En toute logique, son montant est soumis à des conditions d'autonomie mais également de ressources financières, de logement et enfin, d'âge. La difficulté ou l'impossibilité pour la réalisation d'une ou deux activités (mobilité, communication, tâches générales de la vie quotidienne) permet de bénéficier d'un montant plus ou moins important.

Aides dans le milieu professionnel

On trouve également quelques aides spécialement pensées pour le milieu professionnel.

  • L'aide à l'aménagement des situations de travail

Cette aide permet d'adapter le poste de travail en fonction des besoins de la personne handicapée. Dans ce cadre, un expert vient analyser quelles sont les incidences du handicap sur les conditions de travail et propose des solutions adéquates. Suite à ces constats, l'Agefiph pourra participer au financement de l'aménagement du poste à hauteur de 9150 € maximum.

  • Prestation ponctuelle spécifique

Cette aide permet également d'identifier les complications dues au taux d'incapacité et de compenser ces dernières sur le lieu de travail. Elle doit être demandée par un conseiller Cap emploi, Pôle emploi ou Mission locale dans le cadre d'un recrutement ou par un conseiller Sameth si la personne concernée est déjà présente dans l'entreprise concernée.

Enfants et handicap : quelles aides pour les parents ?

Bien entendu, il existe également des aides pour les parents en charge d'un enfant en situation de handicap.

  • Allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH)

L'AEEH a été pensée pour répondre aux besoins et soutenir les parents en charge d'un enfant en situation de handicap. Cette aide financière n'est pas soumise à condition de ressources mais est directement liée au taux d'incapacité de l'enfant. Dans ce cadre, plus le taux est élevé, plus le montant de l'allocation sera important, à condition que l'enfant ait moins de vingt ans. L'AEEH est accordée pour une période pouvant aller de un à cinq ans mais peut être prolongée en fonction de l'évolution de la situation.

  • Allocation journalière de présence parentale (AJPP)

L'allocation journalière de présence parentale (AJPP) est fournie aux parents ou à toute autre personne assumant la charge d'un enfant âgé de moins de 20 ans. La maladie ou les suites d'un accident grave peuvent également permettre d'en bénéficier à raison de 22 jours par mois et à condition d'avoir fourni un congé de présence parentale à son employeur. L'indispensabilité d'une présence devra également être attestée via un certificat médical.